Améliorations au commerce intérieur bien accueillies par les brasseurs

Améliorations au commerce intérieur bien accueillies par les brasseurs

Lors de la réunion des premiers ministres vendredi, on a fait part de signes positifs voulant que des mesures seront prises pour réduire les obstacles actuellement en place relativement au commerce interprovincial de la bière, du vin et des spiritueux. Bière Canada, la voix des gens qui fabriquent les bières de notre pays, réserve un bon accueil aux nouvelles selon lesquelles les obstacles liés aux boissons alcoolisées seront désormais une priorité.

Le premier ministre Justin Trudeau et ses homologues provinciaux et territoriaux ont convenu de collaborer pour consulter l’industrie et les consommateurs pour élaborer des façons de faciliter la vente de boissons alcoolisées, en prenant en considération les obligations en lien avec la responsabilité sociale. Le gouvernement du Canada a indiqué qu’il envisagera d’apporter des modifications à la Loi sur l’importation des boissons enivrantes en vue de supprimer l’exigence selon laquelle l’alcool transporté entre deux provinces doit avoir été acheté par ou pour une régie provinciale des alcools.

« On compte plus de 800 brasseries au Canada et quelque 10 millions de consommateurs de bière, fait remarquer Luke Harford, le président de Bière Canada. Il existe de nombreux obstacles visibles et invisibles au commerce des boissons alcoolisées et l’annonce d’aujourd’hui est un bon signe que tous les gouvernements comprennent la valeur économique d’une catégorie de la bière en santé et en croissance. »

Selon un rapport de 2018 du Conference Board du Canada, la bière est la boisson alcoolisée la plus populaire au Canada. La fabrication de bière est vraiment une industrie locale – 85 % de la bière vendue au Canada est fabriquée au Canada. La contribution de l’économie de la bière au PIB du Canada a été de 13,6 milliards de dollars en 2016 et elle soutient 149 000 emplois canadiens.

« Les taxes représentent 47 % en moyenne du prix de détail d’une caisse de bière au Canada, précise M. Harford. Réduire les obstacles au commerce et garder la bière abordable est ce dont les brasseurs canadiens ont besoin pour croître et faire concurrence dans l’économie mondiale d’aujourd’hui. »